Le Corbeau

Le Corbeau

Le Corbeau est inspiré d’un fait divers qui se déroula à Tulle en 1922. Clouzot ( » Le salaire de la peur,  » Les diaboliques « ) fut séduit par cette intrigue qui permettait de soupçonner chacun des personnages d’être l’auteur de lettres infamantes. En outre la déstabilisation provoquée par ces lettres, telle une boite de Pandore, fait tomber les masques et révèle le bien et le mal présent en chaque être humain. Produit par la Continental pendant l’occupation, le film fut accusé de servir la propagande allemande. La presse clandestine dénonça ainsi violemment la titre évoqué, mais non retenu, pour l’exportation du film :  » Une petite ville française « . Même si on peut contester la morale du film, Le Corbeau reste un bijou au niveau de la construction et de la technique. L’atmosphère se fait de plus en plus pesante jusqu’au coup de théâtre final. Une très belle réussite du maître français du suspense.

Chapitrage, menu fixes et sonorisés, filmographies ( déroulantes) de Clouzot, Fresnay, Larquey, Leclerc, Francey et notes de production (10) .
Coté Bonus, le film présente les filmographies sous forme de déroulants de Clouzot, Fresnay, Larquey, Leclerc, Francey ainsi que des notes de productions très intéressantes. On regrettera que la typographie utilisée pour les menus ne soit pas plus esthétique alors que les notes de production sont agréablement travaillées au point de vue graphique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :